Skip to content

Rêvalité

février 28, 2011


Le soir pisse sur les trottoirs
Temps de s’asseoir au bar et de s’abreuver du houblon des étoiles
Qui viennent s’écraser, errantes,
A l’orée de la forêt
Là où Des chevaliers cavalent pieds et poings liés
…Dans la soie de la loi
Qui voile la conscience disséminée
La sonnerie du portable retentie
Tout cela n’est qu’un flash
Haché par la frénésie de la vie parisienne…

Publicités
One Comment leave one →
  1. mars 27, 2011 8:41

    mon préféré… Mais j’ai aussi un coup de coeur pour d’autres de tes ver(re)s…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :